Empathie : comment avoir des relations qui te rendent heureux

Dans cet article tu découvriras 3 étapes concrètes pour construire une connexion émotionnelle forte avec une autre personne, en très peu de temps. Et ce, grâce à ton empathie naturelle. C'est ce genre de connexion qui nous change, qui nous fait grandir, qui nous rend heureux.

Avec la pratique, tu réussiras à faire ça plus rapidement, et avec (presque) n'importe qui. Que ce soit quelqu'un que tu viens de rencontrer, ou un·e proche que tu connais depuis des lustres, si tu veux faire progresser tes relations, cet article est fait pour toi.


Amitié forte et complicité


Les relations sont LA fondation d'une vie heureuse.

Il y a 2 ans, je n'arrivais pas à parler avec mon père. Parler vraiment : lui dire ce que j'avais sur le coeur, et écouter ce qu'il avait sur le sien. Je n'arrivais pas à être authentique avec lui, à lui montrer qui j'étais vraiment. Quelque chose en moi bloquait : j'avais peur.

Et puis j'ai réalisé. Et si je le perdais ?

Les larmes les plus amères que l'on verse sur les tombes viennent des mots que l'on n'a pas dits et des choses que l'on n'a pas faites.

Harriet Beecher Stowe

Toutes ces choses que je ne lui avais pas dites... Ça aurait été insupportable ! J'avais si peur de regretter ma relation avec mon père, et en même temps si peur de lui parler.

C'est fou d'être incapable de lui parler sincèrement ! Pourtant ça devrait être facile : je le connais depuis... eh bien toute ma vie. Et puis il est gentil ! Quel est le problème ?

Souvent, les gens qu'on connait depuis le plus longtemps ne sont pas ceux à qui il est le plus facile de s'ouvrir.

Combien de relations tendues y a-t-il dans les familles ? Dans les fratries ? Dans les couples ? Au boulot ? Entre amis ?

Beaucoup trop.

La qualité de notre vie EST la qualité de nos relations.

Tony Robbins

Avec des amitiés fortes, une famille soudée, un couple en béton armé, tu as des fondations indestructibles pour vivre une vie qui a du sens et qui te rend heureux. Tes relations SONT ta vie.

Mais si tes relations sont froides, superficielles, fausses, ta vie ne sera pas mieux. Notre bonheur dépend de nos relations. Et c'est pour ça que perdre un être cher fait si mal.

Et pourtant... il suffirait qu'on apprenne à communiquer.

Mais qui peut nous en vouloir ?

On ne nous a jamais appris à communiquer. À entretenir nos relations. À l'école ? Évidemment que non. C'est fou qu'une partie si importante de nos vies ait tout simplement été mise de côté, alors que l'école était censée nous apprendre la vie...

Heureusement que tu es là.

Je vais te donner les 3 étapes qui ont fait décoller mes relations, et qui ont donné plus de sens et de bonheur à ma vie que tout ce que j'avais fait auparavant. Rien que ça

Mais avant ça, je veux que tu sois sûr que cet article est fait pour toi. Dis-moi : est-ce que tu te reconnais dans l'une de ces 3 situations ?

  • Tu as un·e proche à qui tu tiens (ami·e, famille, partenaire, collègue) et tu voudrais prendre soin de votre relation. Actuellement, vos interactions sont un peu tendues. Qu'elles l'aient toujours été ou pas, ça fait un moment que vous n'avez pas parlé sincèrement, et tu aimerais changer ça.
  • Tu viens de rencontrer quelqu'un et tu sens que vous avez un grand potentiel d'amitié, ou plus. Tu aimerais développer rapidement une connexion forte entre vous deux.
  • Tes relations se passent plutôt bien, et tu veux les faire passer au niveau supérieur.
Tu te reconnais ?


Oui. Toi aussi, tu peux avoir des relations profondes.

Relations profondes amitié

Si aujourd'hui tu n'as pas encore connu de relations vraiment heureuses, je veux avant tout te dire que c'est possible. En voici une.

Je rentrais tout juste à Lyon après 5 mois passés en Espagne. Je m'installais dans une nouvelle colocation avec deux amis, dont Pauline. Je la connaissais déjà un peu, mais on n'avait jamais vraiment pris le temps de se connaître.

On a emmenagé, et spontanément on a adopté un rituel. Presque tous les jours, on se posait tous les deux sur le canapé, et on se racontait petit à petit nos vies.

Un week-end en particulier, on n'a pas quitté ce canapé. Du vendredi au dimanche, on s'est tout raconté. Nos familles, nos amours, nos amitiés. Nos voyages et nos aspirations pour l'avenir, quelques anecdotes, des peurs... On a rien laissé de côté et on s'est parlé à coeur ouvert.

Notre connexion a fait un bond pendant ce week-end. Ça faisait 2 mois, et c'était comme si je la connaissais depuis 2 ans.

Je ne peux même pas décrire aujourd'hui tout le bien qu'elle m'a fait, tout le chemin qu'elle m'a aidé à parcourir, toute la connexion qui est passée. Et c'est réciproque.

La clé, c'est de chercher des relations authentiques.

Des relations où tu peux être pleinement toi-même, ou l'autre t'accepte inconditionnellement, et ou vous pouvez tout vous dire.

C'est à partir de ce terreau que vous pourrez faire pousser une grande complicité, vous dire absolument tout, vous faire progresser.

Des relations comme ça, ça existe.

L'erreur est de croire que ça viendra avec le temps. Ça peut, parfois, mais c'est un pari (très) risqué. J'ai passé beaucoup de temps avec mon père. Mais comme on ne parlait jamais de choses importantes, ce temps passé ensemble ne nous rapprochait pas.

20 ans n'ont pas suffit à nous rapprocher, quand 2 heures de conversation l'ont fait.

Un week-end a suffit pour que Pauline et moi ayons une connexion à toute épreuve.

Le temps n'y changera rien, seuls tes efforts le feront. Voici ce qui a marché pour moi.


Et si on apprenait à mieux connaître nos proches ?

Mieux connaître ses proches - Grand-mère et petit fils


Connexion émotionnelle VS Connexion intellectuelle

Ce que j'ai construis avec Pauline et tous mes amis les plus proches, ce que je continue de construire avec mon père et tous mes proches, c'est une connexion émotionnelle forte.

La connexion émotionnelle entre deux personnes c'est leur capacité à avoir de l'empathie l'une pour l'autre. En apprenant à se connaître, elles développent leur empathie mutuelle, et c'est cette empathie qui leur permet de communiquer au-delà des mots, de se comprendre en un regard et de se sentir proches l'une de l'autre.

Nous, humain·e·s, nous sommes des animaux sociaux. Et ce qu'on recherche le plus, c'est la connexion. Seul·e·s, on dépérit. À plusieurs, on prospère.

Je suis persuadé que ce sont ces connexions qui nous font nous sentir vivants. Qui donnent un sens à nos vies. Je suis persuadé que la vie c'est rencontrer de belles âmes et faire un bout de chemin avec ellesÂmes au sens large et pas religieux du terme.

Encore faut-il connecter avec ces belles âmes !

La vérité, c'est qu'il y a 2 types de connexion.

La connexion du coeur, émotionnelle, et la connexion de l'esprit, intellectuelle.

Pour qu'on se sente connecté·e·s et compris·e·s, il faut les deux.

  • La connexion intellectuelle vient parce qu'on est stimulés intellectuellement par notre conversation avec l'autre personne. Ce sont nos pensées qui connectent, nos têtes qui se détectent. C'est la plus courante, c'est la plus facile, et c'est la moins forte. Si la connexion émotionnelle est là, la connexion intellectuelle viendra souvent d'elle-même.
  • Non. Le plus important, c'est la connexion émotionnelle. Celle-ci vient parce que justement, on est sortis de nos têtes et on a connecté avec nos émotions dans le présent. Dans le présent, pas dans nos têtes. Cette connexion correspond à l'empathie qu'on ressent l'un·e pour l'autre. Avec, on se sent instantanément plus proches.

Quand on cherche à connecter avec l'autre, au fond c'est la connexion du coeur qu'on recherche.

L'erreur que j'ai faite et que je continue de faire, c'est de chercher à avoir une connexion du coeur avec mon esprit : j'essaie de connecter avec un ami, tout en étant perdu dans ma tête. Nos pensées forment un brouillard mental qui nous empêchent de connecter :

"Trop souvent, on a une voix dans notre tête qui commente sans arrêt ce qu'il se passe autour de nous et ce qu'on compte dire ou faire après. On fait un câlin à un ami, mais la chaleur de notre geste est gâchée par nos questions incessantes. Quand arrêter le câlin ? Qu'est-ce qu'on se dira quand on aura fini ?"

Olivia Fox Cabane, dans le livre Le Charisme démythifié

À trop penser, calculer, prévoir, on rate la vraie connexion qui se passe ici et maintenant. Une connexion émotionnelle arrivera quand toi et ton ami·e sortez de vos têtes et que vous utilisez votre empathie pour vous comprendre.

Les 3 étapes à venir sont en fait une méthode pour parler avec ton ami·e de tout ce qui vous coupe du moment présent et vous empêche de ressentir de l'empathie l'un·e pour l'autre.

Pour pouvoir connecter, il faut d'abord qu'on se comprenne.


Connexion et empathie émotionnelle


Empathie : définition

On retrouve principalement 2 types d'empathie. L'empathie émotionnelle et l'empathie cognitive. C'est l'empathie émotionnelle qui nous aidera à former des connexions émotionnelles fortes.


Empathie émotionnelle, pour ressentir les émotions de l'autre

L'empathie émotionnelle, c'est la capacité intuitive qui nous permet de nous mettre à la place d'une autre personne pour la comprendre et partager ses émotions et expériences. C'est une façon de s'identifier à l'autre pour ressentir ses émotions et ce qu'elle a ressenti dans le passé, sans que ces émotions et expériences n'aient été complètement explicitées.

C'est comme si on se synchronisait avec l'autre, dans le présent, pour se mettre sur la même longueur d'onde. Montrer de l'empathie c'est comme être un miroir qui reflète l'état émotionnel de l'autre. Si tu le reflètes avec justesse, l'autre se sentira compris. Ça le ramènera petit à petit dans le présent où vous pourrez connecter.

Pour y arriver, on a des trucs géniaux dans notre cerveau : les neurones miroirs. Ce sont ces petits bonhommes qui nous permettent de ressentir les émotions des autres.


Empathie cognitive, pour adopter son point de vue

L'empathie cognitive, est quant à elle la capacité à se mettre à la place de l'autre mentalement. C'est-à-dire réussir à se calquer sur le fonctionnement et les valeurs de l'autre pour voir les choses de son point de vue. C'est une empathie qui met en jeu les pensées, quand l'empathie émotionnelle met en jeu les émotions.

L'empathie cognitive est une grande qualité si tu veux apprendre à influencer les gens en leur proposant des échanges gagnant-gagnant. 

Tu l'auras compris, empathie émotionnelle = connexion émotionnelle et empathie cognitive = connexion intellectuelle. Pour des connexions long-terme avec les gens, tu auras besoin des deux, mais c'est l'empathie émotionnelle qui te fera rapidement te sentir plus proche de l'autre, et c'est celle qu'on va utiliser dans cet article.

Attention par contre à ne pas utiliser de la fausse empathie émotionnelle... la sympathie.


Empathie sympathie : la différence fondamentale

Tu retrouves une amie en larmes. Tu essaies de la consoler mais tu ne sais pas du tout quoi dire. Tu te sens mal pour elle et tu tentes des "Tchh tchh", "Ça va aller" ou "T'en fais pas" quand réellement tu ne sais pas quoi dire pour qu'elle se sente mieux. D'ailleurs ce que tu dis n'a pas l'air de trop l'aider. C'est parce que c'est de la sympathie, pas de l'empathie.

La sympathie se base davantage sur une norme sociale que sur une vraie connexion. C'est le fait de vouloir que l'autre se sente mieux, sans pour autant se mettre à sa place. Malheureusement, quand ton amie se sent mal, la sympathie n'est d'aucune aide. Aucun mot ne pourra la réconforter, seule la connexion le peut.

Le but ici c'est de vraiment comprendre l'autre, de vraiment se mettre à la place. Ça demande un effort, oui, mais c'est la seule manière de connecter.


Câlin empathie sympathie différence


Le type de charisme Empathique

Au fond, on est tous pareils. On est humains. On a les mêmes besoins. On a les mêmes peurs. On a des rêves, on a des envies. Surtout, on a des émotions, et même si parfois on les cache, elles sont là : sous la surface.

L'empathie t'aide à te reconnecter à cette idée et développer ta fascination pour les êtres humains. C'est un pouvoir qui t'aidera à connecter rapidement avec l'humanité des autres. Ce pouvoir de connexion te donnera l'un des quatre types de charisme : le charisme Empathique.

En développant ce pouvoir de connexion, tu apprendras à :

  • Inspirer confiance rapidement
  • Être présent et attentif à l'autre
  • Sortir l'autre de ses pensées
  • Refléter les émotions de l'autre comme un miroir
  • Ouvrir ton coeur en premier

Tu es arrivé jusqu'ici ? Bravo !

Un petit récapitulatif avant de passer à la suite :

  • Les connexions profondes sont des connexions du coeur qui utilisent notre empathie mutuelle.
  • Pour exister, la connexion avec une autre personne doit circuler dans les deux sens, et c'est notre empathie mutuelle qui la fait circuler.
  • Cette connexion se fait dans le moment présent. Si on est dans notre tête, on ne pourra pas connecter. Si on ne s'ouvre pas, on ne pourra pas connecter.
  • Le seul moyen, et c'est le pouvoir de l'Empathique, c'est de revenir dans le présent, de ramener l'autre avec soi, et de faire ce qu'il faut pour y rester, ensemble.

Trêve de suspense :

Voici les 3 étapes pour y parvenir.


3 étapes concrètes pour des connexions qui te changent la vie

Conversation profonde entre amis

Choisis quelqu'un de confiance avec qui tu veux connecter. Évidemment, plus vous vous correspondez initialement, plus vous irez vite. Disons pour l'exemple que cette personne s'appelle Thomas et que c'est un ami à toi. Ce sont 3 étapes pour mieux communiquer, 3 étapes d'une conversation que vous allez avoir ensemble.

Ces 3 étapes permettront à Thomas et toi de :

  1. Revenir dans le moment présent
  2. Évacuer tout ce qui vous ramène dans votre tête et coupe votre empathie mutuelle
  3. Connecter de coeur à coeur

Si ces 3 étapes sont bien suivies, à la fin de cette conversation vous vous sentirez tous les deux bien plus proches. Pendant les jours et mois qui suivront, vous sentirez la différence. Et si jamais la connexion s'estompe, il suffit de refaire les 3 étapes.

Enfin, plus tu pratiqueras ces 3 étapes, meilleur·e tu seras pour connecter rapidement et intensément avec la plupart des gens. Mais parce que ça peut faire peur au début, je te conseille de commencer par la personne en qui tu as le plus confiance. Ici, Thomas.

Le but est que tu t'appropries ces étapes pour qu'elles soient réellement sincères. Et quoi qu'il arrive, ces étapes doivent être fait en toute bienveillance. Le but est d'enterrer la hache de guerre. Pas de l'aiguiser.

Choisis donc la personne de confiance avec qui tu veux connecter.

C'est bon ? Tu as choisi ton Thomas ?

Alors on y va.


Étape 1 - Reconnaitre la connexion (avec gratitude)

Amitié et gratitude

Souvent dans la vie on est en pilote automatique. C'est-à-dire que quand tu voudras lui parler, Thomas sera probablement dans sa tête en train de se rejouer l'épisode de La Casa de Papel qu'il a vu la veille. Ou en train de t'en vouloir. Qui sait ?

Si jamais il y a beaucoup de ressentiment et de non-dits entre vous deux, plein de choses le soûleront chez toi. Notamment ta manie de tapoter la table avec tes mains, manie qu'il trouvait très drôle au début, mais maintenant plus du tout. Il sera dans sa tête et son égo sera à vif, prêt à riposter. Alors il faut bien s'y prendre, et lui montrer clairement que tu ne cherches pas à l'attaquer, au contraire.

L'étape 1 consiste à communiquer à Thomas que tu ne viens pas en ennemi·e, mais que tu es là en tant qu'ami·e, pour connecter. Ensemble, vous reconnaissez la connexion qui est là, pour pouvoir avancer aux étapes suivantes, en tant qu'équipe.

Place à l'action :

  1. Coupe ton téléphone ainsi que toute disctraction potentielle, assure-toi que tu es seul·e avec Thomas et que vous ne serez pas dérangés pendant au moins 1h, et quand tu es sûr de ça, tu peux commencer.
  2. Pense à tout ce que tu aimes chez lui, tout le bien que tu en penses. Même si là tout de suite c'est un peu tendu et tu as envie de l'étriper, reviens à ce que tu aimes le plus dans votre relation. Pense à tous vos bons souvenirs. Quand tu as un sourire qui te monte naturellement aux lèvres, tu peux continuer.
  3. Concentre-toi sur tes sensations et observe Thomas en silence. Laisse ton sourire monter. Laisse émerger toute la gratitude que tu ressens là maintenant, tout ce qui te rend heureux de le connaître. S'il le remarque, lance-toi. Sinon respire un bon coup et lance-toi quand même, ou tu ne le feras jamais.
  4. Voici comment tu peux commencer la conversation. Avec le sourire, appelle-le par son prénom :


Si vous êtes tous les deux partants, vous pouvez passer à l'étape 2.


Étape 2 - Nettoyer la connexion (avec assertivité)

Je te parlais de ressentiment et de non-dits...

Parfois dans une relation, il y a des choses que l'autre fait ou dit qui nous blessent. Idéalement, on en parlerait à chaque fois que ça arrive. Mais quand on n'a pas pris cette habitude, on n'en parle pas, on laisse couler, et finalement ces non-dits deviennent du ressentiment qui s'accumule et qui ressort toujours d'une manière ou d'une autre.

Ce ressentiment est très toxique parce qu'il nous fait adopter des comportements (passifs) agressifs et empoisonnent la relation. Ce ressentiment nous coupe de l'autre, il nous sort du moment présent et il attise notre égo. Il coupe notre empathie envers l'autre.


Comment dire ce que tu as sur le coeur sans agressivité ?

Ça s'appelle l'assertivité : être toi-même sans t'écraser ni écraser les autres.

J'ai écrit une série d'articles sur le sujet.

Clique sur le bouton pour les découvrir.


Comment se mettre à la place de l'autre quand on lui en veut ?

C'est le but de l'étape 2. Tout ce ressentiment est comme de la saleté qui s'accumule sur votre connexion. Cette saleté empêche la connexion de bien passer. C'est pour ça qu'il faut nettoyer la connexion.

Mais je n'ai pas spécialement de ressentiment envers mon ami·e...

En fait il n'y a pas de petit ou de gros ressentiment. Quel que soit le ressentiment, même s'il te paraît minime, celui-ci va s'accumuler et à terme pourrir votre relation. Le but est de nettoyer la connexion régulièrement, de parler de tout ressentiment que tu as pu avoir, dès qu'il vient, pour garder votre capacité à avoir de l'empathie l'un pour l'autre, et donc connecter.

Bien sûr, ça implique que tu sois capable d'écouter les reproches que l'autre a à te faire. Nettoyer la connexion ça veut dire ouvrir le dialogue pour parler de ce qui ne te va pas dans votre relation, mais aussi permettre à l'autre de vider son sac.

Place à l'action :

Une fois que tu es sûr que Thomas a compris que tu étais bienveillant et que tu ne venais pas en tant qu'ennemi mais en tant qu'ami, tu peux lui proposer de faire cet exercice : il fait des merveilles pour nettoyer la connexion.

  • À tour de rôle, chacun dit à l'autre ce pour quoi il lui en veut, en parlant de ses émotions et de son ressenti (sans accusation).
  • L'autre écoute, sans juger, sans se braquer.
  • Vous en discutez calmement et avec empathie.
  • Vous présentez vos excuses si vous êtes sincères (c'est mieux).
  • Puis c'est le tour de l'autre, etc...

Vous continuez jusqu'à ce qu'il n'y ait plus rien à dire.

Si tu gardes encore quelque chose sur le coeur, c'est le moment d'en parler.

Comme c'est toi qui a proposé cette conversation, c'est toi qui commences l'exercice (sauf si l'autre tient à commencer).


L'empathie est essentielle ici. Le but est de réaliser que les émotions de l'autre sont justifiées et valides, et que vous n'arriverez à rien si vous n'avez pas de considération pour le ressenti de l'autre.

Chaque fois que j'ai fait cet exercice avec un·e proche, notre relation en ressortait grandie. C'est une grande preuve d'humilité de réussir à écouter des reproches sans se braquer, de reconnaître ses torts et de demander pardon. Et quand tu y arriveras, tes relations vont faire un bond en avant. Crois-moi.

Et quand tout a été dit, il est temps de finir sur une note plus positive, avec l'étape 3.


Étape 3 - Ouvrir la connexion (avec vulnérabilité)

Le pouvoir de la vulnérabilité

Quand la connexion a été nettoyée et que plus rien ne se met en travers de vous deux et de votre empathie, il est temps d'ouvrir la connexion.

Ouvrir la connexion, c'est un peu comme ouvrir son coeur. On parle de tout ce qu'il y a à savoir sur nous que l'autre ne sait pas déjà. C'est ce qui construit une confiance durable entre Thomas et toi et fait grandir votre relation. Le but est de vous prouver que vous pouvez tout vous dire, et de le faire.

Place à l'action :

1. Parmi les sujets suivants, choisis une chose importante à propos de toi que tu veux dire à Thomas. Si tu ne connais pas très bien Thomas, évite de parler de choses sur lesquelles tu n'as pas beaucoup de recul émotionnel, ça risquerait de le gêner. Mais si Thomas et toi êtes très proches, ça peut le faire. Voici les sujets :

  • Tes passions, notamment celles dont tu ne parles pas souvent.
  • Ta famille et son histoire.
  • Ton histoire.
  • Tes amours.
  • Ta plus grande honte.
  • Tes plus grandes peurs.
  • Tes plus grands rêves pour l'avenir.
  • Tes secrets en général (s'ils ne compromettent pas quelqu'un d'autre à qui tu as promis de ne rien dire).

2. Parle-lui du sujet que tu as choisi. Le but de l'étape 1 et 2 était d'enlever tout jugement potentiel. Si tout le reste s'est bien passé, tu peux maintenant te confier sans peur. Tu as peur, mais tu sens que tu peux faire confiance à Thomas ? Respire un grand coup, et lance-toi, ça vaut infiniment le coup.

3. Discutez-en. Une fois que tu t'es livré·e, tu vas voir un truc magique ce produire. Quand tu ouvres ton coeur en premier, tu montres l'exemple et tu prouves à l'autre qu'il ou elle peut te faire confiance. L'autre va alors s'ouvrir à son tour. C'est ainsi que vous allez ouvrir la connexion : en vous prouvant que vous pouvez tout vous dire, et en le faisant.


Si tu préfères, tu peux lui proposer ce petit jeu :

À tour de rôle, chacun dit "Si tu me connaissais vraiment, tu saurais que..." et complète la phrase. Au début ça restera à la surface, mais au bout d'un moment quelqu'un va se lancer et dire quelque chose de très honnête (toi j'espère 😉 ) -> ça va lancer la machine. C'est comme ça que vous allez ouvrir la connexion, petit à petit.

Bien sûr, tu commences. 😉


Nous voici à la fin de la troisième étape. J'espère sincèrement que tu apppliqueras ces étapes avec une personne de confiance. Si tu l'as fait, raconte-moi dans les commentaires comment ça s'est passé.


Si quelqu'un a des objections, qu'il parle maintenant ou se taise à jamais.

Tu n'y crois pas, tu as des objections ? Dis-moi tout :

C'est pas un peu calculateur ?

Ce n'est pas de la manipulation parce que tu exposes clairement tes intentions : mieux communiquer. Tu ne cherches pas à profiter de l'autre personne mais à parler sincèrement.

Tu cherches à (re)trouver une connexion authentique avec cette personne. Authentique signifie qu'il n'y aura plus aucun calcul entre vous deux. De plus, c'est une démarche qui vise à vous rendre heureux, tous les deux. C'est donc une démarche bienveillante.

Et si tu as quand même l'impression que c'est un calcul, tu peux voir ça comme un petit calcul, bienveillant, dans le but de vous éviter des tas de calculs ensuite.

Utiliser une méthode manque de spontanéité, non ?

Si c'est le fait d'utiliser une méthode qui te gêne, tu verras que ce ne sont pas des techniques de manipulation. Ce sont des choses que tu utilises déjà spontanément dans tes relations qui fonctionnent bien.

Cette méthode est surtout utile quand la connexion ne se fait pas spontanément. Mais une fois que cette conversation "non spontanée" a été faite, tu verras que ta relation avec ton ami deviendra bien plus spontanée qu'elle ne l'était avant. Ça vaut le coup de "manquer de spontanéité" pendant une conversation.

Et puis rien ne t'empêche de t'approprier ces étapes et de les utiliser spontanément dans une conversation, c'est même mieux parce que ça sera encore plus sincère.

Ça demande trop d'énergie pour moi...

Effectivement, ça implique que tu fasses des efforts et surtout que tu fasses le premier pas. Mais cette conversation a aussi pour but de rééquilibrer la relation et de s'assurer que les besoins de chacun sont nourris.

C'est un investissement : tu dépenses de l'énergie cette-fois-ci, mais tu en gagneras beaucoup par la suite parce que votre relation fonctionnera beaucoup plus facilement qu'avant. Ça vaut le coup d'essayer : mieux vaut des remords que des regrets.

Et si jamais ce n'est pas le cas, vous pouvez en parler, chercher à vous comprendre et chercher une solution. Si rien ne change et tu n'es pas ok avec ça, laisser tomber. Ça arrive aussi et ça laissera la place à d'autres relations plus saines.

J'ai trop peur pour me lancer...

Choisis une personne de confiance et choisis bien ton moment. Si vous venez de partager un moment de connexion, ça sera plus facile d'avoir cette conversation.

Dans tous les cas, prépare ta première phrase et force toi à la dire à voix haute. Une fois que tu l'auras dite, tu te seras engagé et tu seras forcé·e de continuer... pour ton bien !

Ça ne peut pas fonctionner avec tout le monde.

Effectivement, aucune méthode ne fonctionne avec tout le monde. Certaines personnes ne voudront simplement pas avoir cette conversation. Elles ne veulent pas communiquer, et c'est ok. C'est comme ça.

Mais tu remarqueras que la plupart des gens sont de bonne foi et veulent connecter... ils ne savent simplement pas comment s'y prendre ! L'étape 1 suffira la plupart du temps à mettre l'autre dans de bonnes dispositions pour parler avec bienveillance. En tout cas ça vaut le coup d'essayer !


Et pour connecter encore plus...

Assis en silence à profiter de l'instant

Je me rappelle la première fois que j'ai fait ces 3 étapes avec ma meilleure amie. Après plusieurs heures à parler non stop, on s'est arrêtés. On n'avait plus rien à dire, on avait tout dit. J'écoutais le silence autour de nous, et il n'avait plus le même son qu'au début... Non, il était plus doux. Plus aucune pensée bruyante qui nous coupait l'un de l'autre. C'était le son de notre connexion qui nous ramenait dans le moment présent. On s'est regardés. On s'est souris. Et c'est comme ça que notre belle amitié a commencé.

Ces 3 étapes ont littéralement changé ma vie. Je ne me suis jamais senti aussi connecté à mes proches qu'après avoir eu ces conversations. Celles-ci construisent la proximité émotionnelle et la confiance.

C'est le temps, les expériences fortes partagées et les efforts réciproques et réguliers qui testeront et solidifieront votre relation sur le long-terme : faire le premier pas, garder contact, ouvrir ou nettoyer la connexion.

Pour ancrer votre connexion, le mieux est de partager des moments forts ensemble. Cette conversation en était un. Voyager en est un autre. Soyez créatifs. 😉

Tu veux apprendre à connecter encore plus ?

Je te souhaite de belles connexions, à toi et à tous tes proches.


Source des images : Pixabay et Unsplash



Loïc

Articles similaires :

Tags de l'article :

{"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}
>