Surdoué complexe ou laminaire ? La différence point par point

Tu es "surdoué·e" mais tu ne te sens pas particulèrement doué·e ?
Tu as peut-être un profil de surdoué complexe, et non pas laminaire :

Pendant longtemps, dans l'imaginaire collectif, le surdoué c'était celui qui réussissait de partout. Puis on s'est mis à parler de ceux qui souffraient, et on a donné des noms moins connotés : zèbre, haut potentiel, philo-cognitif...

Comment deux histoires si éloignées ont-elles pu se construire ?
Eh bien parce que comme toutes bonnes histoires, elles se basent sur la réalité...

Les travaux de la psychologue Fanny Nusbaum, de Dominique Sappey-Marinier et Olivier Revol ont mis en évidence deux profils de personnes à haut potentiel : le profil complexe et le profil laminaire, qui expliquent tous deux ces différences.

  • Tu ne t'es jamais reconnu·e dans le profil du zèbre qui réussit, et tu souffres de ton décalage ? Continue ta lecture, tu auras des réponses.
  • Ou au contraire, tu as toujours bien vécu ta douance, et tu vois mal comment d'autres pourraient mal la vivre ? Continue ta lecture, toi aussi.

Tu découvriras une comparaison point par point des deux profils, philo-complexe et philo-laminaire ; leurs difficultés, et comment les surmonter.


Surdoué complexe et surdoué laminaire, comparaison des deux profils haut potentiel complexe et haut potentiel laminaire

Épingle cet article dans Pinterest pour le retrouver plus tard 😉



QI homogène, QI hétérogène, ça te dit quelque chose ?

Quand on passe un test de QI, en réalité on obtient 4 scores distincts, et le QI global dont on parle, c'est la moyenne des quatre :

  • Si tous les scores sont à peu près similaires, la moyenne sera représentative et on dit que le QI est homogène. C'est le cas des profils laminaires.
  • Si au contraire les scores sont très différents les uns des autres, la moyenne ne sera pas représentative et on dira que le QI est hétérogène. C'est le cas des surdoués complexes, profil beaucoup décrit par les psychologues, dont Jeanne Siaud-Facchin quand elle parle des zèbres.

D'ailleurs, l'hypersensibilité des complexes et leur rejet des cadres trop normés et rigides peut leur faire perdre leurs moyens lors du test de QI, et ne même pas être détectés comme hauts potentiels...


Parmi les 4 scores du QI, qu'on appelle indices, les deux premiers nous intéressent en paticulier :

  • L'Indice de Compréhension Verbale, ICV qui mesure l'intelligence verbale (les aptitudes à manipuler le langage et les concepts abstraits)
  • L'Indice de Raisonnement Perceptif, IRP qui mesure l'intelligence non verbale (tout ce qui est représentation visuo-spatiale ou non verbale et la capacité à résoudre des problèmes qui n'impliquent pas de verbal)

Dans le cas de l'étude de Fanny Nusbaum, les surdoués complexes sont définis comme ayant un ICV supérieur à l'IRP d'au moins 23 points, et les surdoués laminaires étant ceux ayant moins de 23 points de différence entre leur ICV et leur IRP.

Les surdoués complexes ont donc une grande intelligence verbale, particulièrement élevée et décalée par rapport à leurs autres capacités, tandis que les surdoués laminaires ont des capacités intellectuelles plus équilibrées. Comme on va le voir, c'est ce déséquilibre qui engendre beaucoup des souffrances des complexes.

Clique ici pour plus d'explications sur le quotient intellectuel et les tests de QI.

L'étude de Fanny Nusbaum et ses collègues mesurait le fonctionnement cérébral de l'enfant intellectuellement précoce grâce à des IRM fonctionnels, avec :

  • une vingtaine d'enfants surdoués complexes, 
  • une vingtaine de laminaires,
  • une vingtaine d'enfants avec un QI dans la norme pour le groupe contrôle.

Ceci étant dit...


Un zèbre reste un zèbre...

Même si on commence à distinguer les zèbres complexes et les zèbres laminaires, ils ont des points communs qui restent caractéristiques de la douance, comme définis par Fanny Nusbaum et ses collègues :

  1. Hyperspéculation : le besoin de penser beaucoup, de pousser le raisonnement toujours plus loin et de tout remettre en question. On parle aussi d'hyperanalyse.
  2. Hyperacuité : le fait de capter énormément d'informations sensorielles et émotionnelles et d'être constamment en alerte. C'est l'hypersensibilité doublée de l'hypervigilance.
  3. Hyperlatence : le fait d'avoir des tâches mentales qui tournent constamment en arrière plan pour générer de nouvelles idées et perspectives.

Ils leur ont donné le nom de philo-cognitifs : ceux qui aiment, que dis-je, adorent penser et se poser des questions philosophiques.

Et au-delà de ces points communs, on distingue les profils surdoué complexes et laminaires (ou philo-complexe et philo-laminaire) :


Surdoué complexe VS laminaire : méga comparaison point par point

Zèbre, Haut potentiel, Surdoué complexe ou laminaire

Si je devais caricaturer pour te donner une image grossière de ces deux profils, ça donnerait ça...

QI homogène = Haut potentiel laminaire (HP-L) = l'entrepreneur ultra en avance qui construit des voitures électriques et des fusées réutilisables pour pouvoir coloniser Mars... Elon Musk.

QI hétérogène = Haut potentiel complexe (HP-C) = l'artiste torturé et incompris qui écrit l'intégralité de son oeuvre de 15 à 20 ans, puis abandonne tout pour partir explorer le globe... Arthur Rimbaud

Mais bien sûr, la réalité est plus nuancée.

Attention !

  • Ce sont des archétypes, les deux extrêmes d'un même spectre, et personne ne tombe complètement dans l'un ou dans l'autre. Tu te reconnaitras peut-être en partie dans l'un, et en partie dans l'autre, et c'est normal. On a tous un peu des deux en nous.
  • Ce sont des choses qui bougent : tu peux évoluer sur le spectre, et si un profil te parle aujourd"hui, peut-être que l'autre te parlera plus tard.


Actuellement, je pense être à 40/60 sur ce spectre : 


{{100-percentage}}% complexe

{{percentage}}% laminaire


Et toi ?



Concrètement : 

  • Prends ce qui te parle, si ça t'aide tant mieux, sinon, tant pis.
  • Ne t'enferme pas définitivement dans une case : tu es voué·e à évoluer sur le spectre.


Et maitenant, commençons par jeter un oeil au cerveau de ces deux profils, et à ce qu'il se passe à l'intérieur...


1. Surdoué complexe VS laminaire - Fonctionnement général et mode de pensée

Cerveau droit cerveau gauche chez les surdoués complexes et laminaires

Fonctionnement cérébral

Haut potentiel complexe

Haut potentiel laminaire

QI hétérogène avec une différence d'au moins 23 points entre l'Indice de Compréhension Verbale (ICV) et l'Indice de Raisonnement Perceptif (IRP)

QI homogène avec une différence de moins de 23 points entre l'Indice de Compréhension Verbale (ICV) et l'Indice de Raisonnement Perceptif (IRP)

A une intelligence verbale très élevée, avec un grand décalage par rapport à ses autres capacités cérébrales

A une intelligence générale très élevée et bien équilibrée entre ses différentes capacités cérébrales

Utilise principalement son hémisphère gauche (langage et pensée) en délaissant le droit

Utilise principalement son hémisphère droit (visuo-spatial et objectivité) tout en mobilisant aussi le gauche

Il est dans le subjectif, sans filtre émotionnel, sans inhibition. Pour caricaturer, c'est l'artiste.

Il est dans l’analyse objective, le contrôle intérieur. Pour caricaturer, c'est l'ingénieur.

Peut souffrir de son fonctionnement en décalage

Vit souvent mieux son fonctionnement plus équilibré

Mode de pensée

Haut potentiel complexe

Haut potentiel laminaire

Il interprète en permanence la réalité pour la faire coller à son modèle interne

Il analyse les informations sans a priori, objectivement, pour s'adapter à son environnement

Raisonnement intuitif

Raisonnement analytique

Pensée divergenteanalogique, en arborescence

Pensée convergenteséquentiellelinéaire

Se distingue de ses pairs par son mode de pensée de nature différente

Se distingue de ses pairs par la qualité d'utilisation de sa pensée (qui reste de même nature)

Plus de difficultés à se concentrer, il est impatient et facilement frustré 

Plus de facilités à se concentrer

Pour caricaturer : pense très vite dans tous les sens

Pour caricaturer : pense très vite dans un seul sens

Grande imagination et créativité

Grande capacité de recul et d'analyse objective


Le philo-complexe a une façon de fonctionner très intuitive et subjective, il est tourné vers son propre modèle interne, ce qui le rend très indépendant d'esprit, parfois visionnaire, mais du coup également décalé et incompris parce qu'il ne fonctionne pas comme les autres. C'est la cause de beaucoup de ses souffrances.

Le philo-laminaire a quant à lui un mode plus analytique et objectif, plus équilibré, qui lui permet de s'adapter à son environnement et au reste du monde. Il vit mieux son fonctionnement car celui-ci lui donne une place toute faite dans le monde. Il participe à celui-ci au lieu de s'y sentir étranger.



2. Surdoué complexe VS laminaire - Rapport au monde et aux autres

Rapport au monde, relations et solitude du surdoué complexe vs laminaire

Rapport au monde et à l'autorité

Haut potentiel complexe

Haut potentiel laminaire

C'est sa nature profonde qui le distingue des autres : il se sent profondément en décalage

C'est sa rapidité et ses intérêts différents qui le distinguent des autres : pour le reste il se sent adapté

Ressent la nécessité de défendre ou d'imposer sa place au sein du monde, de par son décalage profond

Ne ressent pas le besoin de défendre sa place au sein du monde, puisqu’il sent cette place déjà acquise

Perçoit le monde comme étranger et menaçant, il cherche à s'en protéger en devenant hypervigilant, au prix d'une dépense attentionnelle considérable.

Perçoit le monde comme un trésor de ressources et un terrain de jeu qu'il suffit d'explorer, il agit proactivement pour évoluer en fonction de ses capacités et désirs

Difficultés à saisir les règles et s'y plier, il remet en question et se rebelle contre les autorités infondées

Plus de facilités à saisir les règles et à s'y conformer, à jouer le jeu : son besoin de sens est moins vital

Tendance à jouer avec les règles, voire se rebeller contre celles-ci quand elles manquent de sens

Tendance à jouer selon les règles pour pouvoir ensuite s'en défaire ou les changer

Il a besoin d'être au centre de l'attention, il a besoin d'affirmer et d'exprimer sa différence

Il évite de se retrouver au centre de l'attention, sauf pour défendre quelque chose qui lui semble juste

Il cultive la différence sans forcément le vouloir, qu'il soit introverti ou extraverti, il ne passe jamais inaperçu

Il comprend vite les attentes et s'y conforme pour éviter de se faire remarquer et rester invisible

Pour caricaturer : un rapport au monde conflictuel

Pour caricaturer : un rapport au monde serein

Néanmoins, certaines femmes zèbres pourront ne pas se reconnaître dans les côtés "rebelle" du profil philo-complexe alors qu'elles ont ce profil. C'est normal : culturellement les femmes sont poussées à s'adapter aux autres et ne pas faire de bruit. Ça sera donc aussi le cas chez une femme surdouée qui développe un faux self, un masque social pour se fondre dans la masse, même si elle a un profil HP-C.

Relation aux autres

Haut potentiel complexe

Haut potentiel laminaire

Auto-centré : plus centré sur lui-même, plus indépendant, il est moins adapté socialement

Centré sur les autres : davantage ouvert aux autres, dans l’empathie et la mesure, il est adapté socialement

Il n'a pas toujours les codes sociaux, il se sent incompris, il a du mal à s'adapter, il peut déranger à cause de sa façon de penser atypique

Il comprend ce qu'on attend de lui et ce qu'il peut attendre des autres, il cherche à créer un consensus qui conviendra à tous

Apparait comme quelqu'un d'exubérant voire excessif

Apparait comme quelqu'un de posé et réfléchi

Il a une présence, une aura polarisante : on l'adore ou on le déteste, mais il laisse rarement indifférent

Il a une présence, une aura tranquille : il fait souvent l'unanimité

Son attitude dans un groupe est souvent dans l'extrême, soit leader, soit marginal, il fait rarement l'unanimité

Son attitude est beaucoup plus mesurée, il est généralement bien apprécié et fait consensus

Hypersensible, il a un grand besoin d'amour et d'attention, il s'attache facilement et est très attachant

Il est dans le contrôle et met ses émotions à distance, il peut donc paraitre plus réservé, dans la retenue

Les émotions des autres l'affectent énormément et le submergent parfois : si quelqu'un est triste, il sera encore plus triste

Il arrive très bien à se mettre à la place des autres sans se laisser contaminer par leurs états d'âme et à prendre de la distance, son empathie l'aide à ne pas faire de vague

Grande empathie émotionnelle, peu de recul

Grande empathie cognitive, beaucoup de recul

Le surdoué complexe a confiance en lui pour défendre ses idées et sa vision perçante atypique du monde, mais cette confiance en lui est doublée d'une estime de soi très faible ou instable : il a l'impression de ne pas avoir de valeur, de ne pas mériter d'être aimé, de ne pas mériter sa place dans ce monde... Il a l'impression de ne pas être assez bien pour être accepté.

Le surdoué laminaire aura souvent une meilleure estime et confiance en lui, mais à force de s'adapter aux attentes des autres et de son environnement, à force d'inhiber ce qu'il ressent, il somatise, il en fait trop faire trop et risque le burn-out, la dépression ou de tomber dans des addictions pour relâcher la pression. Il veut toujours en faire plus, et oublie de s'écouter.

Tous deux enfants à haut potentiel, les deux profils auront une grande précocité intellectuelle par rapport aux autres enfants de leur âge. Cependant, le développement affectif des haut potentiels complexes sera le même qu'un enfant de leur âge. Ce décalage, nommé dyssynchronie pourra surprendre : en discutant avec lui, on sentira que le philo-complexe est un enfant intelligent, mais il garde la maturité émotionnelle d'un enfant de son âge, ce qui peut le faire paraitre immature en comparaison. Les HP-C sont des enfants précoces intellectuellement, mais pas émotionnellement


3. Surdoué complexe VS laminaire - Mode d'apprentissage et parcours scolaire

Apprentissage et parcours scolaire haut potentiel complexe laminaire

Mode d'apprentissage

Haut potentiel complexe

Haut potentiel laminaire

Besoin irrépressible d'apprendre, de comprendre ce qu'il apprend et pourquoi il l'apprend. Très curieux.

Plaisir à apprendre, acceptation et enthousiasme sereins face à l'information. Très ouvert d'esprit.

Motivation intrinsèque : aime apprendre pour le plaisir d'apprendre

Motivation extrinsèque : est motivé par les attentes extérieures

Parcourt de nombreux domaines variés : explorateur

Creuse quelques domaines en particulier : expert

Difficulté à approfondir un domaine et à raisonner de manière analytique, grande impatience

Facilité à trouver les ressources et informations nécessaires à sa progression

Ne supporte pas de ne pas réussir immédiatement et préfère abandonner ou ne pas commencer pour éviter l'échec, tolère mal la frustration

Observe beaucoup avant de se lancer pour anticiper et se préparer, puis une fois lancé fait preuve de bonnes performances

Enfant, il commence à parler à un âge précoce avec très tôt une grande maîtrise du langage

Enfant, il commence à parler à un âge normal mais avec une maîtrise exemplaire du langage

Parcours scolaire

Haut potentiel complexe

Haut potentiel laminaire

Parcours scolaire parfois chaotique et irrégulier

Parcours scolaire souvent brillant et régulier

Supporte mal la pression et la compétition

Aime bien la compétition et gère bien la pression

Risque d'échec scolaire.

Risque d'ennui.

Son parcours scolaire sera très dépendant de sa relation avec ses enseignants :

- Si un lien émotionnel est créé entre l'enseignant et l'enfant surdoué complexe, celui-ci pourra exprimer son potentiel.

- Si l'enseignant essaie de forcer le HP-C à s'adapter coûte que coûte au système, celui-ci se rebellera.

Enfant doué à l'école, il aime bien celle-ci et son fonctionnement est bien adapté au système scolaire.

Il est très exigeant, et peut ressentir une grande pression s'il risque de ne pas être le premier ou de ne pas répondre aux attentes des autres.

Il sera également très exigeant sur les enseignements qu'on lui donne, à l'école ou ailleurs.

Qu'ils soient philo-complexes ou philo-laminaires, les enfants intellectuellement précoces (EIP) seront des enfants doués dans leur domaine de prédilection, à l'école ou ailleurs. Cependant, le philo-complexe aura tendance à suivre ses envies avec une énergie impressionnante en dents de scie, tandis que le philo-laminaire suivra davantage les attentes des adultes et de son environnement mais avec une énergie plus mesurée et constante. 

À l'école, l'enfant à haut potentiel laminaire ressemblera aux élèves surdoués qu'on s'imagine instinctivement, parce qu'il a bien compris et intégré les attentes du système scolaire. Les adultes et son environnement placent une attente sur lui, il y répond correctement, les attentes augmentent, il y répond, ... jusqu'à ce qu'il s'épuise ou ne puisse plus y répondre. Les HP-L sont moins connectés à leurs motivations profondes que les HP-C parce qu'ils étaient trop occupés à répondre aux attentes des autres. C'est ainsi que les HP-L peuvent vivre une crise existentielle voire tout quitter pour se recentrer sur leurs envies profondes.

Pour résumer, les laminaires savent travailler et avancer, mais doivent trouver la direction qui a le plus de sens pour eux.

Les complexes quant à eux sont davantage centrés sur leurs motivations profondes et leur quête de sens. Mais pour progresser sur cette quête, ils doivent apprendre à réduire la friction entre leur façon de fonctionner et celle du monde. Ça veut dire apprendre à travailler et persévérer (malgré leurs facilités ou leur impression d'avoir fait le tour d'un sujet), apprendre à canaliser leur énergie en dents de scie, et enfin apprendre à rediriger l'énergie qu'ils utilisent pour tout remettre en question vers plus d'action concrète et constructive.

Pour résumer, les complexes sont mieux équipés pour suivre leurs envies profondes, mais doivent apprendre à travailler et avancer pour concrétiser celles-ci.


Surdoué complexe et surdoué laminaire, comparaison des deux profils haut potentiel complexe et haut potentiel laminaire

Épingle cet article dans Pinterest pour le retrouver plus tard 😉

Les noms "complexe" et "laminaire" viennent de la mécanique des fluides (l'étude de l'écoulement des fluides, comme l'eau ou l'air par exemple) : 

  • L'écoulement laminaire s'écoule de manière linéaire et prévisible comme ci-dessus à droite
  • L'écoulement turbulent s'écoule de manière complexe et imprévisible comme ci-dessus à gauche.


Tu remarqueras peut-être si tu fais d'autres recherches qu'il y a plus d'informations sur les surdoués complexes. La raison, c'est que les HP-C sont ceux qui vont le plus facilement consulter un·e psy : ceux qui vont bien on ne les voit pas... C'est donc plutôt les HP-C qui seront décrits dans les livres sur les hauts potentiels, écrits par les psychologues qui les ont suivis. C'est pourquoi il y a plus de littérature sur le profil complexe.


Comment mieux vivre avec ton haut potentiel selon ton profil ?

Je le répète, ces deux profils sont des archétypes. Chaque zèbre est sur le spectre, quelque part entre les deux. Si les deux te parlent, pioche ce qui t'est utile dans l'un ou dans l'autre, mais surtout, surtout, ne t'enferme pas dans une étiquette : tu es voué·e à évoluer.

Aucun archétype n'est meilleur ou moins bien que l'autre, ils sont juste différents, tu es ce que tu es. Bien sûr, il existe des laminaires qui souffrent et des complexes qui sont heureux, mais dans les faits, c'est souvent le profil HP-C qui souffre le plus :

"C’est la raison pour laquelle, par la connaissance des processus en jeu dans le Profil Laminaire, nous pouvons nous atteler à aider les enfants à HP-C à migrer vers le HP-L, en les accompagnant dans la capitalisation et la sédimentation de leur potentiel. Nombre d’adultes à HP-C que nous connaissons ont pu se rapprocher du Profil Laminaire en travaillant sur eux-mêmes, et trouver ainsi un équilibre et une sérénité dans leur vie.
Bien sûr, le fond reste présent, la pensée toujours aussi bouillonnante et les relations aux autres toujours insolites. Mais nous sommes en mesure de les guider pour qu’ils apprennent prioritairement à se protéger d’eux-mêmes et de leur tendance à l’auto-sabordage.
Cette guidance peut s’opérer sous différents angles : cognitif, psycho-comportemental, médical… Cependant elle nécessitera avant tout l’apprentissage de la constance et de la quête de sens et d’objectivité, socles indispensables à la construction identitaire. "

Fanny Nusbaum, dans cet article


Qu'est-ce que ces étiquettes peuvent t'apporter ?

Le profil complexe peut décomplexer et déculpabiliser les adultes surdoués qui ne se sentent pas particulièrement "doués". Ça soulage.

Ces étiquettes ne te sont utiles que si elles te parlent et t'apportent des réponses et de la sérénité. Sinon, ne t'en préoccupe pas. Elles peuvent également t'indiquer tes possibles travers, et t'aider à mieux cibler la source de tes problèmes.

Mieux on comprend un problème, mieux on peut le résoudre.

Alors comment les résoudre, ces problèmes ?


La fable du chêne et du roseau, appliquée aux surdoués complexes et laminaires

Le chêne et le roseau de Jean de la Fontaine

Tu connais la fable du chêne et du roseau, de Jean de la Fontaine ?
Sinon, tu peux la lire ici.

Le roseau se plie à la moindre bourrasque, mais comme il le fait remarquer au chêne :

Je plie, et ne romps pas.

Le chêne lui se vante de ne pas être affecté par les vents, jusqu'à ce qu'une tempête suffisamment puissante vienne le déraciner...

Le roseau, c'est le philo-complexe, le chêne, c'est le philo-laminaire :

  • Le roseau / complexe est hypersensible et tourmenté par le quotidien, ce qui n'est pas le cas du chêne / laminaire, mais il est aussi plus au contact de ses émotions et donc plus résilient face à une tempête.
  • Le chêne / laminaire vit mieux son quotidien, mais son manque de contact avec ses sentiments peut l'exposer à une tempête qu'il n'aura pas forcément vu venir : burn-out, dépression, addictions...
La morale, ce n'est pas que l'un est meilleur que l'autre, c'est que chaque profil doit travailler sur ses difficultés, et apprendre à mobiliser ses forces pour minimiser ses souffrances.

Dans tous les cas, la découverte précoce de son profil permettra de s'y adapter pour mieux s'épanouir.


Les deux profils se complètent très bien entre eux et feront de très bons duos : chaque profil tire l'autre vers le centre. Je peux témoigner avec mon meilleur ami : il m'emmène en aventures, et moi je le tempère.

Comme le rappelle Fanny Nusbaum, le but d'un haut potentiel est de tendre vers un équilibre 50/50 entre les deux profils.


Concrètement :

Le philo-complexe devra investir ses efforts dans la construction d'une vie adaptée à sa différence, qui lui fournit le sens et la stimulation dont il a besoin, et l'amour et l'acceptation dont il a manqué :

  • S'entourer de personnes qui l'acceptent et le comprennent, entretenir et nourrir ses connexions avec ces personnes-là.
  • Trouver un métier qui lui permette d'exprimer sa singularité et sa créativité, sans être étouffé par des règles arbitraires et oppressantes.
  • Travailler sa communication, son empathie et sa capacité à faire des compromis pour pouvoir interagir plus sereinement avec les autres.


Le philo-laminaire devra investir ses efforts dans une introspection poussée pour développer une écoute de soi, de ses motivations profondes et de ses émotions :

  • Comprendre ses envies et motivations profondes, qui il est et ce qu'il veut, pour être moins balloté par les attentes de son environnement et s'inscrire dans une réelle poursuite de sens.
  • Apprendre à faire des pauses, ralentir et faire des activités qu'il aime pour la simple raison qu'il les aime, sans chercher à s'améliorer ou à produire un résultat.
  • Apprendre à écouter régulièrement ce qu'il ressent pour éviter de somatiser (transformer ses émotions en maux physiques) et respecter son corps et son rythme pour éviter burn-out, dépression et addictions.


Pour aller plus loin sur le sujet des hauts potentiels...

Je te conseille cette vidéo de Fanny Nusbaum qui parle plus en détail des deux profils.

Si comme moi la patience n'est pas ton fort, tu peux mettre la vidéo en vitesse x 1.75 (j'ai testé on comprend très bien) : 


Je te conseille aussi son très bon livre Les Philo-cognitifs - Ils n'aiment que penser et penser autrement :

(co-écrit avec Olivier Revol et Dominic Sappey-Marinier à partir de l'étude dont je t'ai parlé)

Fanny Nusbaum - Les Philo-cognitifs : ils n'aiment que penser et penser autrement


Et si tu veux aller beaucoup plus loin et révéler ton potentiel, lis cet article : 

Haut potentiel intellectuel : le guide ultime pour révéler tes 7 talents



Sources :



Loïc

Articles similaires :

Tags de l'article :

  • Coucou !
    Encore une fois, superbe article. Très qualitatif tant au niveau du fond que de la forme.
    J’aime beaucoup la petite nuance que tu apportes par rapport aux femmes zèbres (que tu aurais pu mettre sous chaque tableau au final). En tant qu’enseignante, je “détecte” bcp plus souvent les zèbres complexes garçons et très peu les filles. Les filles se rebellent moins souvent et leur grande sensibilité est souvent vue comme normale par rapport à leur genre.

    Je pensais aussi récemment à un commentaire que j’ai eu de la part d’une collègue à propos des zèbres complexes (pourtant très ouverte sur le sujet) qui disait qu’ils avaient une très grande maturité dans leurs questionnements et leurs réflexions mais une grande immaturité émotionnelle. Je trouve très reducteur de parler d’immaturité pour parler d’hypersensibilité… Bref, je souhaitais seulement partager cette petite histoire !

    À la prochaine !

    • Merci pour ton retour Mélanie !
      Oui en effet les filles sont davantage poussées à développer leur faux self tandis que les garçons vont plus se faire remarquer. La construction du genre rend donc l’identification bien plus difficile !

      Concernant ta collègue, elle n’a pas tort non plus :
      Les enfants zèbres complexes ont ce qu’on appelle une dyssynchronie (https://fr.wikipedia.org/wiki/Dyssynchronie) :
      Ils sont très en avance intellectuellement (d’où la grande maturité dans leurs questionnements), mais ils ont la maturité émotionnelle d’un enfant de leur âge, avec en plus l’hypersensibilité.

      Donc par rapport à leur maturité intellectuelle, c’est normal qu’on les considère comme “immatures émotionnellement” (par comparaison). Ils ont d’ailleurs probablement un besoin d’amour d’autant plus grand et avide qu’ils se sentent à part. Et à côté de ça leur grand besoin d’attention et d’affirmer leur différence fait qu’ils ne vont pas forcément capter les “règles sociales”, et donc avoir des comportements décalés et immatures… Alors que ça ne sera pas forcément le cas d’enfants hypersensibles (mais pas zèbres).

  • {"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}
    >