Comment la victimisation du haut potentiel cache le vrai problème

Il y a un discours ambiant sur les HPI extrêment dangereux... et faux. L'idée que la souffrance est intrinsèque au haut potentiel et que celui-ci se rapproche d'une malédiction. C'est la victimisation du haut potentiel.

Ainsi, les personnes en souffrance psychologiques vont avoir envie de s'identifier comme HPI parce qu'elles auront enfin une explication à toutes leurs souffrances.

Elles se décrètent alors haut potentiel sans test, ce qu'on appelle l'auto-diagnostic.
Et elles justifient tous leurs problèmes par le haut potentiel, ce qu'on appelle la sur-justification.


Le danger de l'auto-diagnostic des surdoués

L'auto-diagnostic est dangereux parce qu'il est purement subjectif.
Il est également biaisé, parce que les descriptions des zèbres dans les livres sur le sujet et dans les médias décrivent la personnalité du zèbre, celui qui souffre...

Mais cette "personnalité zèbre" n'existe pas : elle ne correspond pas à tous les zèbres.

Elle sous-entend que la souffrance est intrinsèque au haut potentiel, ce qui est faux.

La "personnalité zèbre" décrit un tempérament idéaliste, sensible et altruiste qui correspond effectivement à un type de personnalité partagé par environ 20% de la population... mais ces personnes ne sont pas forcément zèbres.

Si ça t'intéresse je développe cette idée ici :
Pourquoi la « personnalité zèbre » n’existe pas : l’erreur des psys

On a envie de s'auto-diagnostiquer zèbre, parce que :

  1. Ça fait du bien à l'égo : on n'est pas bizarre, juste "intelligent" (ce qui est bien sûr plus complexe que ça : ce n'est pas tant une intelligence plus grande qu'une intelligence différente)
  2. Ça explique enfin pourquoi on est malheureux et ça nous donne une bonne raison de ne rien faire pour aller mieux : "c'est comme ça, je souffre parce que je suis haut potentiel"

Certains s'auto-diagnostiquent zèbre, et le test de QI le confirme. Ça arrive bien sûr, et ça a été mon cas.

Mais quand on s'auto-diagnostique zèbre sans confirmation formelle par le test, et qu'on se trompe, on risque de mettre toutes nos souffrances sur le dos de la douance... à tort.

Et la douance a bon dos...


Le danger de la sur-justification par la douance

Comment la victimisation du haut potentiel cache le vrai problème

Imagine.
Tu découvres que tu es HPI, et tu entends partout que tes souffrances sont dues au HPI.

Eh bien pas besoin de chercher plus loin !
Tu souffres parce que tu es zèbre, et c'est tout.

Et comme on dit : mettre les mots apaise les mots. C'est-à-dire que mettre du sens sur nos souffrances permet de les rendre plus supportables. Une fois que tu as mis le mot dessus, ça apaise tes souffrances, et tu t'en contentes.

Sauf que ces souffrances... tu pourrais en faire disparaitre une bonne partie !

Voici ce que la douance peut vraiment causer comme souffrances :

  1. Une difficulté à trouver des personnes au même niveau intellectuel avec qui tu peux échanger sans te brider
  2. Une difficulté à calmer tes pensées, profiter du moment présent, être insouciant et t'endormir le soir
  3. Une difficulté à gérer toutes les informations - sensations et émotions - exacerbées qui arrivent en flux continu à ton cerveau
  4. Une difficulté à trouver des personnes et un environnement qui comblent tes besoins plus intenses en matière de sens, de stimulation, de connexion

Et encore :

  • Ça n'arrive pas à tous les HPI : certains le gèrent très bien.
  • Ce n'est pas inévitable : avec le bon mode d'emploi, tu peux réduire ces souffrances.

Ces 4 souffrances sont liées à ton fonctionnement neurologique. Le haut potentiel est neurologique, donc les souffrances qu'il cause y sont liées.

Toutes les autres souffrances que tu peux avoir (que j'ai vécues ou que je vis encore) sont des souffrances psychologiques.
Et les souffrances psychologiques se soignent avec une approche psychologique.


On peut être haut potentiel et arrêter d'en souffrir : la souffrance est facultative

Voici les souffrances qui ne sont pas intrinsèques à la douance... et qui lui sont pourtant souvent associées, à cause des médias et des livres victimisants sur le sujet :

  1. Le fait d'être trop gentil, de se faire marcher dessus, d'attirer les manipulateurs
  2. L'auto-sabotage, le syndrome de l'imposteur, le complexe d'infériorité
  3. L'anxiété sociale, la timidité, la peur du rejet, la difficulté à s'intégrer socialement
  4. La peur de l'abandon, la dépendance affective
  5. Le perfectionnisme, les exigences élevées, la pensée "ou tout ou rien"
  6. Le faux self, la difficulté à être soi-même, à être authentique

Elles ne sont pas intrinsèques à la douance, mais elles ont pu être causées ou facilitées par la douance...

Note la différence :

La douance a pu provoquer ces mécanismes à un moment.
MAIS
Maintenant, tu peux te défaire de ces schémas, tout en restant haut potentiel.

Ces 6 souffrances qu'on retrouve souvent en lisant sur la douance sont en fait des mécanismes de défense et des schémas destinés à te protéger de traumatismes que tu as vécus étant enfant.


Pourquoi le haut potentiel provoque souvent ces souffrances

Comment la victimisation du haut potentiel cache le vrai problème

Quand on est haut potentiel, on l'était déjà enfant.
Ça veut dire qu'on partait avec un terrain plus propice aux traumatismes :

  • Un décalage avec les autres enfants dû à notre cerveau de HPI
  • Une hypersensibilité aux sensations et aux émotions (les nôtres et celles des autres)

Quand un enfant HPI ou non vit une situation trop difficile à gérer émotionnellement pour ses petites épaules, il vit un traumatisme. Son cerveau développe alors des schémas et des mécanismes de défense pour :

  1. Éviter que la situation se reproduise
  2. Enfouir l'émotion qui a été trop difficile à gérer

Malheureusement, quand on est hypersensible et décalé par rapport aux autres enfants, on vivra plus facilement une situation comme un traumatisme, et on se fera plus facilement rejeté par nos pairs. C'est ainsi que le HPI facilite la formation de ces schémas qui deviennent toxiques. On les appelle les schémas d'inadaptation de Young.

Ces schémas et des mécanismes de défense peuvent alors prendre la forme entre autres du...

  1. Schéma Assujettissement : être trop gentil, se faire marcher dessus, attirer les manipulateurs
  2. Schéma Échec : syndrome de l'imposteur, auto-sabotage et complexe d'infériorité
  3. Schéma Exclusion : anxiété sociale, timidité, peur du rejet et difficulté à s'intégrer socialement
  4. Schéma Abandon : peur de l'abandon et dépendance affective
  5. Schéma Exigences élevées : perfectionnisme, exigences élevées et pensée binaire "ou tout ou rien"
  6. Schéma Imperfection : faux self, difficulté à être soi-même, à former des relations authentiques

... et bien d'autres.

J'ai cité ici les schémas principaux dont souffrent les HPI.

Ces schémas sont des modes de pensées appris inconsciemment qui ont servi à te protéger enfant mais qui te font souffrir aujourd'hui parce que tu n'arrives plus à t'en détacher.

Heureusement, il y a une bonne nouvelle.
Non, tu ne peux pas arrêter d'être haut potentiel, mais tu peux te libérer de tes schémas. Ce n'est pas facile, ce n'est pas rapide, mais c'est possible. Et c'est l'essentiel.


Pourquoi le haut potentiel intensifie ces souffrances

Ces schémas sont appelés schéma d'inadaptation parce qu'ils avaient pour but de nous adapter aux circonstances de notre enfance, nous protéger et nous rassurer... Mais maintenant qu'on a grandi, ils sont inadaptés, nous font souffrir, et nous n'arrivons plus à nous en détacher.

Là où le HPI a en effet un rôle à jouer dans nos souffrances c'est à 2 endroits :

  1. Le HPI a facilité la formation de ces schémas.
  2. Une fois que ces schémas formés nous font souffrir, le HPI intensifie les souffrances.

Quand on est hypersensible, on ressent tout plus fort et nos souffrances sont exacerbées.

Et quand on est HPI, la machine de notre cerveau tourne vite, et elle s'emballe tout aussi vite.
C'est-à-dire que notre cerveau qui s'emballe va venir appuyer et en rajouter sur nos souffrances, quand pour une personne neurotypique la souffrance resterait horrible, sans non plus s'emballer.


Mais c'est horrible d'être haut potentiel !

Comment la victimisation du haut potentiel cache le vrai problème

En arrivant là, tu te dis peut-être que tu n'es pas plus avancé·e... Ton HPI a engendré ces souffrances, et il contribue à les empirer. Horrible, n'est-ce pas ?

Et c'est vrai. C'est horrible. Ce n'est pas de chance. Tu n'avais rien demandé.
Tu n'es pas coupable de ton malheur.

Par contre, tu es responsable de ton bonheur.
Tu es responsable de ce que tu fais de ta vie. De ce que tu en fais maintenant.

Blâmer le monde ne te rendra pas plus heureux ou heureuse.
Blâmer les autres non plus.

Ce qui peut t'apporter du bonheur à l'inverse, c'est de résoudre tes problèmes, un par un.
C'est de trouver un sens, un pourquoi, une cause qui te dépasse et te pousse à agir pour dépasser tes problèmes et ta condition afin de l'accomplir, ce sens.

C'est ça finalement le sens de la vie.

Souffrir maintenant pour moins souffrir ensuite, et quand on souffre, le faire pour une bonne raison.

Il y a 2 choses que je veux que tu retiennes de cet article :

  1. Le haut potentiel n'est pas une malédiction, tes souffrances sont évitables, le bonheur est possible, si tu t'y prends bien.
  2. La majorité de tes souffrances ont des causes psychologiques, et pour t'en libérer, il faut une approche psychologique. C'est l'approche que j'adopte sur ce site.

N'oublie pas non plus que ton haut potentiel a aussi des forces insoupçonnées et une capacité de résilience qui te rendent plus à même de te libérer de ces schémas. Tu as peut-être reçu un plus gros boulet, mais aussi une jambe plus musclée pour le tirer.

Et si tu veux vraiment résoudre tes problèmes, le mieux est d'apprendre à les connaitre.
Voici mon article complet sur les
schémas d'inadaptation de Young :

40 schémas et mécanismes de défense qui nous manipulent



Loïc

Articles similaires :

Tags de l'article :

{"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}
>