J’ai passé le test WAIS 4 : démystifions le Quotient Intellectuel

J'ai passé un test de QI, le test WAIS 4. Voici le bilan de mon expérience.

C'est LE seul test valide pour détecter les hauts potentiels intellectuels, et c'est pour cette raison que je l'ai passé.
On va plonger en profondeur dans ce qu'il mesure, et tu verras que le QI est bien plus intéressant qu'il n'en a l'air...  

1. Si tu es déjà décidé·e à sauter le pas, tu peux télécharger dès maintenant la checklist gratuite pour passer le test WAIS :

2. Autrement, je te laisse lire l'article, tu y découvriras :

Clique sur une partie pour y accéder directement, ou descends pour lire l'article dans l'ordre chronologique.



Qu'est-ce que le test WAIS ? Définition

W.A.I.S. : un acronyme pour Wechsler Adult Intelligence Scale

En français ça donne "échelle d'intelligence pour adultes selon Wechsler".

Le test WAIS est un bilan du fonctionnement intellectuel d'une personne qui mesure son quotient intellectuel (QI) sur l'échelle de Wechsler.

C'est l'échelle d'intelligence pour adultes la plus utilisée au monde.

Seuls les psychologues sont habilités à faire ce bilan parce qu'en plus d'un score, il y a une lecture psychologique qualitative que les scores ne laissent pas transparaitre. Pendant la passation, le psychologue analyse aussi ton comportement, tes réactions, ton non verbal et peut ainsi interpréter les scores pour t'aider à mieux te comprendre.

Au rendu des résultats, il te fournit un bilan détaillé écrit de ta façon de fonctionner.


Le WAIS pour les adultes, le WISC pour les enfants, le WPPSI pour les plus jeunes

Il y a une mesure du QI sur cette échelle pour chaque tranche d'âge ou presque :

  • Le WAIS pour les adultes de 16 ans à 79 ans et 11 mois
  • Le WISC pour les enfants de 6 ans à 16 ans 11 mois
  • Le WPPSI pour les enfants de 2 ans 6 mois à 7 ans 3 mois


Il a été développé par David Wechsler, un psychologue américain

Celui-ci a publié la première version en 1955.
À l'heure où j'écris cet article, nous en sommes à la 4ème version : le WAIS IV.

Depuis la version 3, il y a une mise à jour tous les 10 ans environ pour corriger les variations du QI dans la population :
Sur 46 ans au 20ème siècle, on a remarqué que le QI moyen augmentait de 0.3 points par an. C'est l'effet Flynn. Toutefois des études plus récentes ont montré une stabilisation voire un effet Flynn inversé : le QI de l'humanité régresse. (On est mal barrés les amis.)

La version 5 doit sortir depuis un moment mais n'est toujours pas là, notamment parce qu'elle a été retardée à cause du Covid...


Pourquoi les tests de QI gratuits en ligne ne valent pas grand chose...

Sur internet, tu peux trouver des questionnaires pour mesurer ton QI gratuitement (ou même pas). Mais ils ne valent pas grand chose parce que :

  • Certains exercices du WAIS nécessitent des manipulations physiques qui ne peuvent pas être faites en ligne : l'épreuve des cubes de Kohs par exemple
  • Plusieurs exercices du WAIS ont des réponses ouvertes : le subtest des définitions ou des similitudes par exemple, ça doit donc être un humain qui te corrige, pas un ordinateur.
  • Le psychologue qui te le fait passer va te rendre un bilan écrit complet de ton fonctionnement, pas juste un score.
  • Le vrai test dure au moins deux heures... donc ce n'est pas un questionnaire de 20 minutes qui va t'éclairer de manière fiable.

Honnêtement ces tests vont juste te faire fantasmer sur ton QI, sans te donner de réponse fiable... même avec leur résultat tu continueras de douter.


Où et comment passer ce test de QI ? Prix, durée, psychologue...

Le WAIS coûte en général autour de 300€, ce n'est donc pas anodin. Je l'ai payé 285€. C'est d'ailleurs pour ça que les gens hésitent autant à le passer.

La passation dure environ 2h, mais peut durer plus longtemps. Je crois que ça a duré 3h pour moi.

Il faut d'abord trouver un ou une psy habilitée à le faire passer, et si possible qui t'ait été recommandé·e, et en qui tu as confiance :

  • Si tu as confiance tu seras plus à l'aise et donc dans de meilleures dispositions pour le passer.
  • Le test coûte cher, et ce qui est intéressant c'est le bilan écrit, il faut donc t'assurer que tu auras un bilan de qualité.

Alors choisis bien ton psychologue pour que ton expérience ne soit pas :
Psychologue : "Bon et bien voici votre QI : vous avez 108... Allez, ça fera 300€. Vous payez par carte ou en liquide ?"

Mais plutôt :
"Vous êtes une personne infiniment complexe et intéressante, et j'ai mis tout mon coeur à retranscrire vos multiples facettes dans cet humble bilan de 300 pages."

(Le bilan ne fait pas vraiment 300 pages hein)


J'ai créé une checklist pour passer le test WAIS qui te donne les étapes concrètes pour valider ces 3 points :

  1. Comment savoir si c'est le bon moment pour passer le test ?
  2. Comment trouver un psy de confiance pour passer le test ?
  3. Comment passer le test en toute sérénité ?
La Checklist pour passer le test WAIS

Télécharge la Checklist pour passer le test WAIS :


Bon, que mesure le QI exactement ?

Que mesure le test WAIS avec le QI - quotient intellectuel

C'est pas la taille qui compte...

Le QI sous toutes ses coutures

L'échelle de Wechsler a pour but de mesurer l'intelligence. Ou en tout cas un type d'intelligence.
Quand on passe un test de QI, le WAIS 4 pour être précis, on obtient 4 scores différents, appelés indices, et chacun traite d'une aptitude spécifique du cerveau :

  1. La compréhension verbale - tout ce qui est langage, pensée et abstraction, c'est l'intelligence conceptuelle, la facilité à jongler avec des concepts
  2. Le raisonnement perceptif - tout ce qui est visuel et non verbal, c'est le fait de pouvoir se représenter des objets dans l'espace et mener à bout une analyse non verbale
  3. La mémoire de travail - c'est un peu comme la mémoire vive (RAM) de ton cerveau : la capacité à charger en tête et se rappeler une grande quantité de données pour résoudre un problème
  4. La vitesse de traitement - c'est un peu comme la vitesse du processeur (CPU) de ton cerveau : l'habilité à s'adapter et résoudre rapidement un nouveau problème

Ces 4 indices permettent d'avoir comme une empreinte digitale de ton cerveau pour comprendre ton fonctionnement à toi.

En passant les sous-tests, on obtient pour chaque indice une note standard entre 1 et 19. Cette note standard est ensuite comparée aux résultats de ta tranche d'âge pour te situer dans celle-ci et donner ta "note composite", qui est l'indice sur l'échelle de Wechsler de chacune de ces 4 aptitudes. 

Concernant le QI total (QIT ou QI global), on l'obtient dans le WAIS IV en additionnant les notes standards des 10 subtests principaux et en comparant cette somme aux résultats de ta tranche d'âge, pour donner le QI entre 40 et 160...
Ça donne une sorte de moyenne statistique de ton fonctionnement global.

Ce qui nous intéresse, ce sont les notes composites, sur l'échelle de Wechsler, parce que ce sont elles qui nous permettent de savoir où l'on se situe par rapport aux autres :

  • Quelle dimension de notre fonctionnement intellectuel est standard ?
  • Quelle dimension est décalée ? Et à quel point... ? 

Je détaille davantage les 4 indices dans une partie suivante, avec la liste des sous-tests qui les mesurent (aussi appelés subtests).

Petite précision sur l'homogénéité du QI, si ça t'intéresse :

Tu as peut-être entendu parler de QI homogène ou hétérogène ?

On parle d'un résultat homogène au test selon 2 critères principaux :

  1. Si les indices sont homogènes entre eux, c'est-à-dire s'il y a moins de 15 points d'écarts entre l'indice le plus haut et celui le plus faible (parfois c'est moins de 12 points, ça dépend des sources).
    C'est l'homogénéité inter-indices.
  2. S'il y a plus de 3 subtests dont la note s'écarte de plus de 3 points de la moyenne des 10 subtests.
    C'est l'homogénéité du QI total.

Si le QI n'est pas homogène, en toute logique on dit qu'il est hétérogène. Presque la moitié des personnes qui passent le WAIS ont un QI hétérogène : c'est donc complètement normal. L'indice de vitesse de traitement est par exemple souvent plus bas que les autres.

Le test WAIS évalue donc l'intelligence d'un individu via ces quatre capacités. Bien sûr il y a d'autres types d'intelligence dont il ne rend pas compte. C'est d'ailleurs ce que certains lui reprochent.

C'est pour compléter avec une approche plus psychologique et diversifiée de l'intelligence que ma psy m'a fait passer en plus le questionnaire de personnalité des intelligences multiples, de Howard Gardner, le modèle n'est pas validé scientifiquement, mais reste intéressant.

David Wechsler, le créateur (non, pas Dieu) définissait l'intelligence comme la capacité d'une personne à agir avec intention, à penser rationnellement et à interagir efficacement avec son environnement.

Pour simplifier :

L'intelligence c'est la capacité d'un individu à s'adapter à son environnement.

Pendant la passation, on évalue ta performance sur chaque sous-test et on la compare aux autres personnes de ta tranche d'âge. Ce bilan va donc comparer ta façon de t'adapter à ton environnement avec celle des autres.

Je m'explique :

Courbe-de-Gauss-Repartition-du-quotient-intellectuel-de-la-population

Ceci est la courbe du QI : la répartition de ce-dernier dans le monde suit cette courbe en cloche, nommée courbe de Gauss. Pour les matheux, le QI suit une loi normale de moyenne 100 et d'écart-type 15.

  • Le QI moyen de la population est à 100.
  • 50% de la population se situe entre 90 et 110 de QI.
  • 68% environ se situent entre 85 et 115.
Le QI a pour but de situer ton fonctionnement intellectuel et ta façon de t'adapter à ton environnement, par rapport aux autres.

Tu l'as sûrement remarqué : plus on s'éloigne du centre QI=100, plus les personnes qui ont ce QI sont rares. C'est ainsi qu'il y a environ 2,3% de personnes avec un QI d'au moins 130, et idem avec un QI de 70 ou moins. (2,14 + 0,135 + 0,003% = 2,278% = ~2,3%).

Et comme tu t'en doutes, quand tu fais partie des 2,3% avec ce cerveau, tu peux te sentir décalé·e. 

-> Ce n'est pas vrai que plus on a un haut QI, plus on est intelligent. La preuve : j'ai un QI de plus de 130, et je suis parfois (souvent) très con. Je manque d'intelligence pratique, mais ça tombe bien pour moi, elle n'est pas mesurée ici.

-> Ce qui est vrai, c'est que plus on a un QI qui s'éloigne de 100, plus on est intelligent différemment du reste du monde. Je n'ai aucun mal à jongler avec des concepts abstraits, par contre monter un meuble IKEA... Oulala.


Test WAIS - le quotient intellectuel démystifié

Épingle cet article dans Pinterest pour le retrouver plus tard 😉


Concrètement, à quoi servent vraiment le QI et le WAIS ?

Si tu vois le chiffre du QI en mode scolaire, avec l'idée que plus la note est haute, "meilleur on est"... Et bien à part pour satisfaire ou non ton égo, connaître ton QI ne te servira pas à grand chose. Heureusement, le QI a une autre utilité.

Connaître ton QI pourra te dire si ton intellect fonctionne de manière :

  • Typique : tu as un QI entre 85 et 115, comme 68% du monde
  • Atypique : tu as un QI entre 115 et 130, comme 13,6% du monde
  • Très atypique : tu as un QI de 130 ou plus, comme 2,3% du monde

Même principe pour un QI en-dessous de 85.

Bien sûr, le QI évolue de manière continue. Ces catégories sont juste là pour schématiser, mais n'existent pas dans la réalité : entre 129 et 130 de QI, la différence est minime, et elle est équivalente à la différence entre 130 et 131 de QI.

Et donc concrètement, à quoi ça sert ?

Plus tu as un QI qui s'éloigne de la moyenne, plus ton fonctionnement est atypique et peut expliquer ton décalage et tes souffrances.

Imaginons que tu ressentes beaucoup de souffrances psychologiques au quotidien. Dit autrement, tu vas mal. Alors tu passes un bilan psychologique pour en savoir plus :

  • Si tu as un QI de 100 tout pile, ou entre 85 et 115, ça veut dire que ton activité intellectuelle ne va pas venir rajouter à ta souffrance, et donc il faut creuser ailleurs.
  • Si tu as un QI en-dessous de 70-85 ou au-dessus de 115-130, ça veut dire que ton activité intellectuelle va avoir un impact significatif et peut-être venir amplifier tes souffrances. Ça te donne une explication

Si tu découvres que tu as cette manière de fonctionner (très) atypique, tu pourras donc :

J'explique en conclusion en quoi ces réponses m'ont aidé.


Seuls les psychologues peuvent diagnostiquer un haut potentiel - avec le WAIS

Les hauts potentiels, zèbres ou surdoués sont ceux qui ont un QI de plus de 125 voire 130.

On peut aussi considérer qu'une personne est HPI à partir du moment où elle obtient 130 ou plus à au moins un des 4 indices, même si le QI total ne dépasse pas les 130, parce qu'elle est alors déjà atypique, sur une dimension au moins.  

Le test WAIS est le seul moyen reconnu pour identifier un haut potentiel parce qu'il a l'avantage d'avoir été testé et validé à grande échelle, et il donne une approche quantitative du fonctionnement intellectuel, et c'est un·e psychologue habilité·e qui le fait passer.

Si ton QI est très hétérogène, ça peut être un indicateur que tu as un autre profil de haut potentiel (le HP complexe). À noter qu'il y a souvent plus d'hétérogénéité chez les hauts QI et que ça ne signifie pas forcément qu'il y a une difficulté associée. Bref, c'est normal d'avoir un résultat hétérogène.

Si tu te demandes si tu es zèbre et que tu veux une réponse béton, passe le test.

Mais si tu te reconnais intensément dans les caractéristiques et la description du zèbre, et que tu ne ressens pas le besoin de le passer, ça se comprend aussi. Si tu le passes, il faut que tu le fasses pour toi.

Pendant longtemps je n'ai pas ressenti le besoin d'une confirmation solide. Mais je savais que la question "Est-ce que je suis vraiment zèbre ?" ne me quitterait pas tant que je n'aurais pas une réponse définitive. Alors j'ai passé le test pour arrêter de me poser la question une bonne fois pour toutes. Maintenant que j'ai ma réponse, je peux passer à autre chose.

Si tu te sens prêt·e pour avoir des réponses sur ton fonctionnement :

Télécharge la Checklist pour passer le test WAIS.


Tu peux jouer avec le curseur de la courbe ci-dessous pour comprendre le décalage que peuvent ressentir les zèbres : 


La Courbe du QI interactive

QI : {{qi}}

Rareté de ce QI : {{probability}}%

Proportion de la population avec un QI inférieur : {{percentile}}%


Statistiquement :

Si on prenait {{persons}} personne{{plural}} au hasard, avec ce QI tu serais en gros la personne qui pense le plus...

Bouge le curseur pour faire varier le QI.



Comment se déroule la passation du WAIS ? Mon retour d'expérience

Test WAIS - J'ai passé un test de QI, voici comment ça se déroule

Épingle cet article dans Pinterest si tu l'apprécies 😉

Je vais te faire part de mon expérience personnelle. Je ne te donnerai pas les exemples d'épreuves, seulement leur nom, pour éviter que tu puisses t'entraîner : il y a un effet mémoire qui peut biaiser les résultats. Le but est de savoir où tu te situes par rapport au reste du monde. Pas d'avoir "la meilleure note".

J'ai pris RDV chez une psy habilitée à faire passer le WAIS. Je la connaissais déjà donc je lui faisais confiance.

J'ai d'abord passé un entretien préliminaire pour parler de ma motivation à passer le test, ce que j'en attendais, mes questions et éventuelles appréhensions. J'ai fait part de ma peur de finalement découvrir que je m'étais trompé et que je n'étais pas zèbre...

La psy m'a rassuré en me disant que le test avait pour but de comprendre la mécanique unique de mon cerveau, pas de me mettre une étiquette sur le front. Mais bon. Si tu le passes pour la même raison, il y a peu de chances que ça te convainque. Ça ne m'a pas convaincu.


Comment déstresser et passer le test dans les meilleures conditions ?

Ce qui m'a aidé, ce sont ces 4 points. Ils m'ont aidé à déstresser et à donner le meilleur de moi-même :

1. Voir la passation comme une suite de petits jeux : un jeu c'est drôle, et donc ça enlève de la pression.

2. N'avoir aucune autre attente que de faire de mon mieux. De toute manière je ne pourrais jamais faire plus.

3. Me rappeler que l'échelle a été construite de manière à prendre en compte le stress et son impact sur les résultats : si tu stresses ça ne va pas tant faire varier ton score.

4. Poser beaucoup de questions pendant la passation pour m'assurer de bien comprendre et de ne pas surinterpréter les réactions de la psy.

Pour préciser ce dernier point : pendant l'épreuve de mémorisation des chiffres, je voyais la psy noter des choses après chacune de mes réponses, et j'essayais d'interpréter son hochement de tête et l'endroit où elle écrivait sur sa feuille pour voir si j'étais tombé juste ou non. Alors je lui en ai parlé et elle m'a dit que son hochement de tête signifiait seulement qu'elle avait bien entendu et passait à la suite. Ça m'a rassuré et j'ai pu me reconcentrer.

Donc, si tu as le moindre doute, la moindre gêne, la moindre pensée qui te distrait, parles-en au psy et libère toi l'esprit. Comme ça tu resteras en pleine possession de tes moyens.


Parlons maintenant des 4 indices mesurés et des subtests associés :


1. L'Indice de Compréhension Verbale (ICV)

Il va mesurer :

  1. Tes capacités d'abstraction, c'est-à-dire ton habilité à observer deux éléments différents, à mettre de côté tout ce qui les sépare pour ne garder que le concept général qui les relie. 
  2. Tes capacités de langage (qui est en soi un ensemble de concepts)

Il est évalué par les subtests suivants :

  • 1. SIM - Similitudes / Trouver des similitudes entre des mots de plus en plus éloignés
  • 2. VOC - Vocabulaire / Définir des mots de plus en plus précis
  • 3. INF - Information / Répondre à des questions de culture générale


2. L'Indice de Raisonnement Perceptif (IRP)

Le raisonnement perceptif correspond à une réflexion qui ne concerne pas le langage, tout ce qui est non verbal donc.
Il comporte deux aspects :

  1. Le côté détective : comprendre la logique cachée en observant des éléments visuels.
  2. Le côté architecte : se représenter mentalement des éléments dans l'espace.

Il est évalué par les subtests suivants :

  • 4. CUB - Cubes / Reproduire une forme en 2D avec des cubes de Kohs
  • 5. MAT - Matrices / Choisir la forme qui complète le mieux des matrices visuelles (suites logiques de formes)
  • 6. PUZ - Puzzles visuels / Retrouver les pièces du puzzle qui constituent la forme complète


3. L'Indice de Mémoire de Travail (IMT)

L'IMT correspond à ton aptitude à garder en mémoire des informations sur un problème et à les utiliser pour résoudre ce problème. On peut la comparer à la mémoire vive de ton ordinateur, aussi appelée RAM : quand ton ordinateur rame, c'est souvent qu'il manque de RAM.

Il est évalué par les subtests suivants :

  • 7. MCH - Mémoire des chiffres / Retenir des suites de chiffres et les répéter, tels quels, à l'envers, par ordre croissant
  • 8. ARI - Arithmétique / Résoudre des problèmes d'arithmétique à l'oral, sans rien écrire


4. L'Indice de Vitesse de Traitement (IVT)

La vitesse de traitement correspond à ta capacité et ta rapidité à t'adapter et résoudre un nouveau problème dont tu ne connais rien. Dans les subtests qui mesurent la vitesse de traitement, on va à la fois prendre en compte ta rapidité d'exécution : la quantité que tu produis, mais aussi la qualité : est-ce qu'il y a beaucoup d'erreurs ou non.

Tous les subtests de l'IVT sont donc en temps limité.

Comme je le disais plus haut, on peut comparer ta vitesse de traitement au processeur de ton cerveau.

Il est évalué par les subtests suivants :

  •   9. SYM - Symboles / Barrer le symbole cible sur le plus de lignes en temps limité
  • 10. COD - Code / Retranscrire le plus possible de chiffres avec leur code correspondant en temps limité
  • 11. BAR - Barrage (subtest bonus) / Barrer le plus possible des formes cibles en temps limité


Le dernier subtest que j'ai passé, celui des Barrages était une épreuve optionnelle. Le psy te fait passer ces tests optionnels s'il veut valider ou infirmer certaines hypothèses. Par exemple dans mon cas j'avais eu un score assez bas pour l'épreuve COD, alors ma psy m'a fait passer l'épreuve des Barrages pour vérifier si le score représentait fidèlement mes capacités, ou non.

Il y a d'autres subtests optionnels pour chaque indice, mais je ne les ai pas écrits ici.


La passation a duré 3 heures. C'était intense, J'étais lessivé. 

J'ai ensuite eu un entretien au bout d'un mois où on m'a rendu et expliqué les résultats...


Ce que le test WAIS IV m'a apporté

Ballons de baudruche - ce que le test WAIS 4 m'a apporté

J'écris cet article 2 mois après avoir reçu les résultats du test. Pour résumer en trois mots ce que ça m'a apporté :

De la sérénité, de la légitimité et un tremplin.

1. La sérénité

J'ai toujours beaucoup cogité. Ça m'arrive de penser tellement que ça me fait mal, ça m'empêche de dormir, de profiter, j'ai parfois envie d'éteindre mon cerveau.

Pendant longtemps mes amis me disaient "Arrête de te prendre la tête, tu penses trop". Alors je culpabilisais, je me disais que je devais mal m'y prendre si les autres n'avaient pas ce problème. Et ça me faisait penser encore plus...

Avec les résultats, j'ai eu une explication qui m'a soulagé :
Si on prenait plus de 700 personnes au hasard, je serais celui qui pense le plus.

Ça m'a soulagé. Parce que si je pense trop, il y a une explication et je ne fais pas exprès.

Et donc :

  1. J'arrête de culpabiliser en me disant que je pense trop (ce qui me faisait penser encore plus).
  2. Je cherche des solutions vraiment efficaces pour moins penser, parce que les solutions qui conviennent aux gens avec un QI moyen ne seront pas adaptées à ma façon de fonctionner.

De manière générale, quand je sens un décalage avec les autres, je ne me prends plus (autant) la tête et je me dis que ce décalage est normal : mon cerveau fonctionne comme ~0,5% de la population, évidemment que je me sens décalé.

Mais pour arriver à cette sérénité, il y a une grosse phase de digestion où l'on réinterprète sa vie à la lumière des résultats (quand ceux-ci démontrent un atypisme).

2. La légitimité

Ça fait plus de 7 ans que je me suis reconnu dans les caractéristiques des zèbres, et 3 ans que j'étais quasi certain d'en être un. Alors je me suis mis à écrire des articles pour aider mes congénères zébrés qui avaient les mêmes problèmes que moi.

Et puis je me suis demandé "Et si tu n'étais pas vraiment zèbre...", et là, gros syndrôme de l'imposteur, j'ai eu peur de ne pas être légitime pour écrire ce site. J'ai donc fini par passer le test WAIS pour avoir une réponse une fois pour toute.

C'est bon. Je suis légitime.

3. Le tremplin

Le test a fait ressortir le fait que ma zone la plus active, Compréhension Verbale pouvait parasiter les autres zones, et notamment ma zone de Vitesse de Traitement. Concrètement, parfois je pense tellement que ça me paralyse et je deviens très, très lent.

Mais j'ai réalisé que dans certaines situations, cette zone ne me paralyse pas et au contraire je suis dans un flow où j'utilise mon cerveau à son plein potentiel. J'entame donc maintenant un travail long-terme :

  1. Repérer et noter les situations où j'utilise tout mon potentiel sans que mon cerveau ne se paralyse.
  2. Trouver les paramètres communs à ces situations pour recréer des situations optimales.
  3. Reproduire ces paramètres dans ma vie pour déverrouiller mon cerveau, et avancer.

C'est comme ça que je compte faire de mon haut potentiel une force.

La courbe du changement de Elisabeth Kübler-Ross


Au fait, tu veux avoir des réponses sur ton fonctionnement intellectuel ?

La Checklist pour passer le test WAIS

Télécharge la Checklist pour passer le test WAIS :

qui te dira...

  1. Comment savoir si c'est le bon moment pour toi pour passer le test
  2. Comment trouver un psy de confiance pour le test
  3. Comment passer le test en toute sérénité


Loïc


PS :

1. Merci d'avoir lu mon retour d'expérience. Cet article m'a demandé 16 heures de travail pour synthétiser ces informations, les rédiger et coder la courbe interactive, sans compter le passage du WAIS. Tu m'aideras en prenant 3 secondes pour le partager avec ton entourage 😉

Merci d'avance !

2. Rejoins la newsletter lue par plus de 1000 personnes et accède à des conseils et expériences non partagées sur le blog. Clique ici pour t'inscrire.

3. Copie ce lien : https://charismaforthepeople.com/test-wais/ et envoie-le à un ami ambitieux ou curieux.


Merci d'avoir pris ce temps, et à bientôt 😉


Source des images : Unsplash



Loïc

Articles similaires :

Tags de l'article :

  • Super ! Et quel courage de l’avoir passé. Parfois, j’aimerais bien par « curiosité » mais j’ai peur d’avoir un résultat qui ne soit pas à la hauteur de mes attentes.
    Mais sur certains points, ton article m’a tout de même rassuré et m’a fait un peu dédramatiser (j’avoue avoir été tout de même effrayée par ton exemple sur le test des listes de chiffres… Encore les retenir ok mais ensuite les mélanger haha !!)
    Bref super cet article !

    PS : j’aime bien les exemples de prénoms que tu as donné dans le problème de mathématiques !

  • Pour moi le plus dur c’était le test des Codes, où il fallait retranscrire le plus de chiffres possible à la suite…
    Merci pour ton retour Mélanie !

  • Top cet article, ça fait du bien de démystifier un peu le QI, c’est pas juste une note qui te dit si t’es intelligent ou pas et basta. Et c’est pas forcément facile tout le temps d’avoir un QI supérieur à la moyenne, contrairement à ce que certains semblent penser. Je serais vraiment curieuse de mon résultat à ce test, je pense que je le passerai un jour.

  • Si tu as un fonctionnement qui correspond à 0.5% de la population alors ca n’est pas sur 700 personnes que tu seras celle qui pense le plus mais sur 200 personne seulement.

  • Très bien remarqué Julien, je n’ai pas été assez clair :
    – Sur mon fonctionnement global = QI global, je suis à 0,5% donc bien 200 personnes comme tu le fais remarquer
    – Sur mon QI verbal, qui correspond aussi à la zone qui « pense » en terme de pensées verbales, je suis à 0.135%, donc on est bien à 700 personnes, et même 740 pour être précis.

  • Bonjour,
    J’ai passé le test hier, par besoin de légitimité, comme vous l’évoquez. J’ai eu plus de difficultés avec la partie ARI, ce qui ne m’a pas vraiment surprise d’ailleurs : le trop plein d’informations à traité a bloqué mon cerveau sur les derniers pb. Mais je l’ai globalement trouvé facile : je n’ai bloqué que sur très peu de questions, et seulement sur certaines séries. Du coup je me dis que ce test est facile, pas que mon cerveau est plus efficace que la moyenne… Et il faut que j’attende un mois avant d’avoir les résultats…

  • À voir avec les résultats, mais si tu l’as effectivement trouvé facile, ça n’invalide pas le test :
    Il a été conçu et étalonné sur toute la population justement pour distinguer celles et ceux pour qui il était difficile VS pour qui il était facile.
    Donc si tu l’as trouvé facile et que tes résultats l’attestent, ça signifie simplement que tu as un fonctionnement intellectuel plus rapide et efficace que la majorité des gens, pas que le test était « trop facile » 😉

  • Bonjour,

    Tout d’abord merci pour cet article qui est très intéressant et pertinent !

    Je voudrais juste faire une petite précision pas forcément très importante dans le cadre de l’article : il me semble qu’il n’est pas exact de dire que « Le QI global est simplement la moyenne des 4 scores [ICV, IMT, IRP, et IVT] », car cela impliquerait qu’on calcule le QI total de la manière suivante : (QI de l’ICV + QI de l’IMT + QI de l’IRP + QI de l’IVT)/4.

    En effet, d’après cet article -> TESTS DE QI : L’ÉTENDUE DES SCORES http://www.labouret.net/tests-qi/etendue-scores/ (dont l’auteure est une psychologue, diplômée de l’université Paris 8 et de l’université Paris Descartes et ingénieur de recherche en sciences cognitives, au laboratoire de sciences cognitives et psycholinguistique à l’École Normale Supérieure (ENS)) : le score de QI total est obtenu à partir d’une somme des scores obtenus qui est ensuite convertie (la somme donc) en fonction du niveau de rareté de son obtention dans la population.

    Cela explique pourquoi on peut avoir un score de QI supérieur à la moyenne des indices, notamment pour les QI élevés (l’article explique ce phénomène beaucoup mieux que moi).

    Merci encore pour cet article 😀

  • Bonjour.
    Bien que ça ne remplace pas le test, peux-tu nous donner quelques exemples de questions/problèmes soumis lors de la séance ?
    Merci

  • Bonjour Aktarus,

    Malheureusement non… La première version de cet article en avait plusieurs, mais j’ai été contacté par une psychologue qui me disait que le WAIS était un secret bien gardé qui avait jusque là échappé à internet… Avec mes exemples de questions, je donnais la possibilité de s’entrainer, et donc de fausser la fiabilité à l’échelle globale du test…
    J’ai donc retiré les exemples.

    Le mieux pour approcher le WAIS est d’y aller avec un esprit serein et curieux, et un regard neuf, comme si tu allais jouer à de petits jeux. Le test est étalonné pour mesurer tes performances face à un exercice que tu viens de découvrir.

    On dit d’ailleurs qu’il faut attendre au moins 2 ans avant de repasser le test, pour éviter l’effet mémoire qui fausserait les résultats.

  • Bonjour Hélène,

    Merci pour la précision et le lien ! Tu as raison, ça pourrait induire en erreur les personnes qui feraient la moyenne de leur score finaux et ne comprendraient pas qu’il n’y ait pas égalité.

    Je corrige dans l’article !

  • Bonjour,

    Je viens juste de passer le test, si seulement j’avais vu ton article avant! Le plus compliqué pour moi ça a été les épreuves avec les chiffres, une horreur. Moi qui vise tout le temps un score parfait ça a été une vraie torture! Je me suis sentie nulle et je démoralisais en étant persuadée que j’avais « raté » même si je sais que j’ai été performantes sur les épreuves de vitesse (mon psy me l’a dit car il était sidéré que je me trouve lente sur l’épreuve des cubes alors que je suis allée 1m30 plus vite que ce qui était attendu) J’étais persuadée d’être un imposteur, mais ton article m’a permis de relativiser (juste un peu soyons honnête mais c’est déjà pas mal!). Comme toi je dois passer un autre test avant d’avoir les résultats. L’attente va être longue mais en même temps j’ai hâte de faire les autres épreuves. Merci pour article en tout cas, il m’a fait du bien.

  • Tu parles de la mémoire des chiffres ? Il est compliqué celui-là, très stressant je trouve !
    Bon courage pour l’attente et je te souhaite d’avoir les réponses dont tu as besoin 😉

  • J’ai passé le test il y a 2 semaines et j’ai eu les résultats ce jour.
    J’étais pas dans les meilleures conditions car j’avais mal dormi (j’ai appris la veille que l’instit’ de mon fils était malade et non remplacée, plus le « stress » du résultat) donc la concentration un peu faiblarde et un début de mal de tête. Mais j’y suis allée la fleur au bout du fusil et j’ai trouvé le test relativement simple … bon les chiffres avec une concentration difficile, bof bof mais je suis arrivée au bout.
    Du coup, pas de grande difficultés, donc j’ai commencé à me faire à l’idée. Vu ça me travaillait depuis quelques mois cette possibilité et que je me reconnaissais dans les témoignages de HPI, multipotentiels… mais j’avais encore des doutes sur ma douance. Les résultats ont été sans appel : moyenne 143, soit 1/500 de la population… Le plus faible : la vitesse (alors que généralement c’est plutôt mon point fort ^^)
    Va falloir digérer tout ça mais ça explique déjà pas mal de choses… Peut-être que je vais enfin pouvoir en finir avec mon syndrome de l’imposteur !!!
    j’ai lu l’article en revenant du rdv de restitution mais je le trouve relativement bien fait et abordable 🙂 j’aurais dû le lire avant ^^

  • Salut Valérie !

    Je suis content que les résultats du test t’aient permis de confirmer ton hypothèse de douance.

    Pour le syndrome de l’imposteur, je pense que ça va te faire du bien (ça l’a fait pour moi), et je t’invite à aller voir mon article : https://charismaforthepeople.com/surdoue-complexe-laminaire/

    Selon tes résultats au WAIS, ça peut te permettre de mieux comprendre le syndrome de l’imposteur (typique chez les HPI « complexes »)

    Bonne continuation !

  • En fait, je suis plutôt hétérogène d’après les résultats mais majoritairement complexe dans le mode de pensée, rapports aux autres..Je connais les codes mais refuse de m’y conformer par exemple (notamment vestimentaire en entreprise).
    Disons que ça explique beaucoup de choses dans mon histoire. Je pense en effet gagner en légitimité vs syndrome de l’imposteur. Je suis très autodidacte car au final, je trouve que les examens (pour valider le niveau de connaissances) est une source de stress inutile, encore plus à mon âge (46ans)

  • En fait hétérogène dans les résultats est équivalent à complexe dans le mode de pensée 😉
    Oui j’ai eu quelques déboires à cause du code vestimentaire en entreprise, je comprends bien ton rejet de ces normes !
    Et je pense aussi que les études ont une utilité limitée dans beaucoup de domaines qui peuvent s’apprendre en autodidacte avec beaucoup de lecture et de pratique.
    Bonne continuation Valérie, j’espère que ton syndrome de l’imposteur perd en emprise sur toi !

  • Bonjour !

    Merci pour cet article, il est à la fois assez détaillé et en même temps tout à fait abordable. Je me suis beaucoup reconnue dans la description de ton état d’esprit pré rendez-vous, ça me semblait être aussi l’attitude pour éviter du stress. Au final, ça c’est plutôt retournée contre moi dans mon cas, par exemple le fait de poser beaucoup de questions a été vu comme un besoin de « plaire » à mon interlocuteur, en m’assurant de « bien » faire car je n’ai pas confiance en moi. Moi je voulais être juste être opérante et préciser des consignes. Bon.

    Au total, j’ai un résultat tellement hétérogène que mon QI est décrit comme « non significatif ». La compréhension verbale est au dessus de la moyenne pour chaque sous test, mais le reste on dirait des montagnes russes … A priori j’ai fait de l’anxiété de performance (sans étonnant, tout les sous tests « scolaires » m’ont fait stresser) mais je pensais que c’était pondéré dans les résultats ? Au final j’en ressors avec « une moyenne forte » mais non HPI et très perplexe.

    Si j’en retiens quelque chose c’est que je regrette un peu de ne pas avoir passé le test avec une psy que je connaissais, là c’était l’usine dans un centre qui ne fait que ça. L’impossibilité de créer un lien avec la psy (même si tout cela avait l’air « voulu ») ça n’a rien arrangé au stress.

    Petit témoignage de ma part 🙂

  • Salut @Laura !

    Merci pour ton témoignage ! 🙂
    Je suis triste d’entendre que tu es tombée sur une psy vraiment pas top pour lire les émotions et les personnes, dire que tu as « besoin de plaire » parce que tu poses des questions me semble un peu culpabilisant et pas très fin psychologiquement (un comble pour une psy…).

    Tu peux lire l’article sur les profils complexes et laminaires : les profils complexes ont aussi des résultats hétérogènes, souvent avec un indice de compréhension verbale plus haut que le reste. Ça pourra peut-être t’éclairer sur ta compréhension de toi-même.

    https://charismaforthepeople.com/surdoue-complexe-laminaire/

  • {"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}
    >